Généralités

Note utilisateur:  / 25
MauvaisTrès bien 

Le Petit Robert, nous décrit la diarrhée ainsi :

Diarrhée : nom féminin (bas latin diarrhœa, du grec diarrhoia)
Émission trop fréquente de selles liquides ou pâteuses, due à un défaut de réabsorption de l'eau par l'intestin.

En écrivant : « Le Petit Robert », je parlais bien du dictionnaire, à n’en pas douter !
Cependant, la définition proposée par l’éminent «Petit Robert » est très succincte et mériterait d’être affinée ainsi :

Diarrhée : nom féminin (oublions les grecs et les latins en reconnaissant qu’ils avaient manifestement les mêmes soucis que nous !)
Émissions de selles supérieure à la normale en quantité (>300g/jour) et en fréquence (>3 selles/jour), molles ou liquides, accompagnées ou non de glaires ou de sang et pouvant montrer un ensemble de symptômes associés liés à l’origine de la diarrhée !

Car, effectivement, si, l’organisme en bonne santé, nous fait oublier, dans un équilibre délicat, le redoutable inconfort d’une diarrhée aigüe ou chronique, il y a une infinité de causes potentielles pouvant venir bousculer cet équilibre et provoquer des diarrhées plus ou moins graves, citons, parmi elles :

Les infections digestives virales plus communément connues sous le nom de gastroentérites.
Les infections digestives bactériennes ou parasitaires – lors d’intoxications alimentaires par exemple – peuvent être la cause de diarrhées fulgurantes.
L’anxiété, la terreur, le stress, les émotions intenses peuvent provoquer des symptômes diarrhéiques.
Certaines chirurgies (gastrectomie, résection iléale…) et/ou certains traitements (radiothérapie, chimiothérapie, antibiothérapie…)
Les intolérances alimentaires (lactose, sorbitol…)
La diarrhée peut aussi être la conséquence de nombreuses maladies : colopathie, maladie de Crohn, colite ulcéreuse, rectocolite hémorragique, syndrome du côlon irritable…
Une mauvaise digestion
La consommation de stupéfiants : cocaïne, héroïne, cannabis…
Et d’autres…

Le traitement de la diarrhée est donc indispensable et, suivant son origine, les moyens d’y parvenir seront différents.

Le lopéramide est un médicament antidiarrhéique employé dans le cas de diarrhées aigües ou chroniques. Il agit en stimulant l’absorption des liquides au niveau de l’entérocyte (en permettant ainsi « d’assécher » les selles) et en inhibant le péristaltisme intestinal (celui-ci étant décrit comme un mouvement musculaire de l’intestin favorisant le déplacement du bol fécal jusqu’à son exonération).
De par cette dernière propriété, si le lopéramide provoque une augmentation du séjour des selles dans l’intestin, il augmentera également la durée de présence des éventuelles bactéries et toxines potentiellement pathologiques…
Antidiarrhéique efficace certes, le lopéramide est, de ce fait, à employer avec précautions et strictement à proscrire lors de certaines infections sévères !

Si le lopéramide est, de nos jours, un médicament ne nécessitant pas de prescription obligatoire et pouvant être vendu sur INTERNET par les pharmacies agrées, il convient d’affirmer qu’on ne marche pas du tout sur la tête en suggérant l’idée que le conseil de votre médecin ou de votre pharmacien reste éminemment requis à son propos !

N’hésitez pas à faire passer le mot !